Skip to main content

"L'héritière des secrets" une romance historique signée Heather Rose Jones

| Chantal Trembley | Livres lesbiens

"L

Des épées, des femmes, et une pointe de magie : voyagez au pays d'Alpennia et laissez-vous emporter par l’amour et l'aventure lorsqu'une héritière érudite et une épéiste redoutable voient leurs vies irrémédiablement reliées.

Résumé : Margerit n'attendait de son parrain, le baron Saveze, qu'un petit héritage, juste de quoi se constituer une dot. Au lieu de cela, le baron lui a laissé la majorité de sa fortune et les services d'une épéiste redoutable, ainsi que la haine de l'homme qui s'attendait à être son héritier. La nouvelle fortune de Margerit lui donne la liberté de réaliser son rêve d'étudier la thaumaturgie dans la ville de Rotenek, pour apprendre les Mystères des Saints. Barbara était fière d'être la duelliste du baron, mais pensait que sa mort la libérerait. Aujourd'hui, son destin est lié à celui de Margerit. Ce qui commence comme un devoir devient bientôt plus dangereux pour son cœur que la pointe d'une épée. Lorsque les études de Margerit les entraînent toutes les deux dans un complot impliquant la succession royale, il faudra un miracle pour les sauver. Heureusement, les miracles sont ce que Margerit est venue apprendre à Rotenek.

Télécharger "L'héritière des secrets" en format ebook

Commander "L'héritière des secrets" en format papier

EXTRAIT

Lefèvre leva la main pour obtenir le silence et continua.
— avec une stipulation qui sera détaillée ci-dessous. Concernant la femme nommée Barbara qui m’a servi fidèlement en tant que duelliste. J’ai toujours eu l’intention de la voir installée dans la position qu’elle choisirait, et je regrette de ne pas vivre assez longtemps pour qu’il en soit ainsi. Je ne veux pas qu’elle soit lâchée dans le monde sans protection ou aide. C’est pourquoi la femme Barbara doit être inclue dans la partie de mes biens que je lègue à ma filleule Margerit, et…
Barbara pensa d’abord qu’elle n’avait pas bien entendu. Pas étonnant, vu le grondement dans ses oreilles qui noyait les exclamations étonnées de la salle. Les autres lui importaient peu. Le monde se résumait à Lefèvre, aux papiers dans ses mains, et à elle-même, la victime trahie. Elle s’approcha lentement du bureau, la voix rauque d’incrédulité. 
— Il m’a promis que je serai libre ! Vous étiez là – vous l’avez entendu ! 
Lefèvre lui jeta un rapide coup d’œil avant de regarder à nouveau ses feuillets, comme s’il refusait de croiser son regard, et dit : 
— Si le testament n’avait rien mentionné, une simple parole aurait pu être considérée. Mais le document est très clair. 
Et, plus bas, seulement pour ses oreilles : 
— Barbara, je ne peux rien faire. 
Elle tapa du poing sur la table. Le baron avait eu bien des défauts, mais il avait toujours tenu parole. 
— Il a promis ! 
La dégringolade entre amusement ironique et désespoir lui donnait le vertige. Quelqu’un – elle ignorait qui – posa brusquement la main sur son bras, et instinctivement, elle recula, se dégageant, et s’accroupit dos à la fenêtre, l’épée à la main. Une femme hurla. Dans la salle, les chaises raclèrent le sol, les gens se levant rapidement. 




"Laissez-nous quelques mots sur Facebook, Google ou encore sur les fiches Amazon des livres des auteurs. Vous êtes nos meilleur.e.s ambassadrices et ambassadeurs pour faire connaitre et rayonner la littérature lesbienne, gaie, bi et trans. "