fbpx
Homoromance Éditions
×
 x 

Panier Vide
Shopping cart(Panier Vide)

Mafieuses

► Auteures : Cherylin A. Nash & Lou Jazz
► Résumé : Sherine Astar est propulsée à la tête des affaires illégales de sa famille lorsque son père est assassiné. Son premier plan d’action est de venger sa mort. Elle décide que la fille de son rival, Morrigan O’Ceallaigh, sera l’instrument de sa perte. Après une filature de plusieurs mois, elle décide de l’aborder…
► Nombre de mots : 68822
► Genre : Romance
► Public : Tout public
► Niveau d'érotisme : ★★★☆☆
Date de disponibilité du produit: 28/05/21
Description du produit

« Sherine approche d’un pas lent, elle observe la scène tout en surveillant la porte.

— On aimerait beaucoup avoir des réponses.

— Qu’est-ce que vous voulez ? crache-t-il les dents serrées.

Mon bras appuie plus fortement sur sa trachée et j’ordonne :

— Soit gentil.

Lorsque ses lèvres deviennent bleues, il finit par capituler et je libère un peu son cou.

— On veut savoir où vous détenez Zodiac.

Ses yeux s’ouvrent de stupeur et il se met à ricaner comme un imbécile.

— Vous faites ça parce que vous croyez que nous l’avons ?

— Oh, non ! Pas seulement. C’est aussi parce que ta tête de con ne me revient pas et que j’ai envie de couper certaines parties de ton corps depuis que je t’ai vu.

Il perd immédiatement son sourire et commence à transpirer à grosse goutte.

— Je connais ton surnom, O’Ceallaigh.

— Donc, tu sais que j’obtiens toujours ce que je désire. Sautons le moment où je te torture et allons directement à celui où tu me dis tout ce que je veux entendre.

— Je ne sais pas où est Zodiac. On le surveillait et il a juste disparu.

Je lève le regard au plafond et quitte les genoux d’Ilario. Je le pousse jusqu’au milieu de la pièce et vois Sherine. La blonde me scrute avec quelque chose d’étrange au fond des yeux. Est-ce qu’elle prend conscience de la noirceur de mon âme à présent ? Regrette-t-elle les choix qu’elle a faits hier soir ? Que pense-t-elle de celle que je suis devenue ?

Je secoue la tête et retire vivement la lame du muscle de l’italien. Sa main gauche vient immédiatement comprimer la blessure. Froidement, je prends la parole :

— La partie de toi que je veux le plus t’enlever, tu n’y survivras pas sans soin. As-tu vraiment envie de te vider de ton sang ?

Son visage livide et ses yeux rouges me fixent avec horreur quand il comprend ma menace. 

— Je te le répète, O’Ceallaigh, nous ne l’avons pas !

D’un geste vif, mon poignard se plante pile entre ses jambes. Ma main se plaque sur sa bouche, l’empêchant ainsi d’être trop bruyant. Le sang inonde immédiatement son beau siège en cuir.

— Il ne te reste pas beaucoup de temps, je peux encore appeler un médecin, dis-je tout en soulevant légèrement ma paume de ses lèvres.

— Putain d’Irlandaise ! jure-t-il les larmes aux yeux.

Mes doigts serrent sur la lame que je bouge légèrement.

— Tic, tac…

— Il est à Rome. Enfermé dans l’une de nos planques. On essaie de le faire parler, mais il n’a pas prononcé un mot !

Je souris, satisfaite. De la main gauche, je tapote sa joue.

— C’est bien, Ilario.

— Appelle un médecin maintenant !

Je me tourne vers Sherine et lui demande :

— Que veux-tu qu’on fasse de lui, mon ange ?

— Il s’en est pris à ma famille.

D’un geste lent, elle incline la tête.

— Bâillonne-le et profitons d’un verre, ajoute-t-elle.

Je me saisis d’une feuille de papier que je chiffonne et lui enfonce dans la gorge. Les yeux noirs de l’italien me fusillent. Je reconnais ce regard, c’est celui qu’ont les gens qui nous maudissent de toutes leurs forces. Il sait qu’il n’y a rien qu’il puisse faire. Il a déjà perdu trop de sang, il est faible. La pâleur de son visage en témoigne.

Sherine me tend un verre d’alcool et nous le savourons alors que l’italien perd la vie. »

 

Commentaires (0)

.