fbpx
Homoromance Éditions
×
 x 

Panier Vide
Shopping cart(Panier Vide)
Jeusetlove

Jeu, set et Love

► Auteure : Audrey Girard de Gabbia
► Résumé : Camille Belcourt, est connue mondialement dans son sport. Classée numéro un mondial, elle n'a de cesse de vouloir être la meilleure. Sa grande rivale, l'Espagnole, Marta Rodriguez, est à seulement dix points de la première place du classement WTA ! Autant dire que Camille ne peut se permettre de perdre le moindre match cette année. Entre les deux plus grandes adversaires du tennis moderne, c'est un combat de tous les instants. Que ce soit sur le court ou devant les journalistes, toutes les occasions sont bonnes pour prendre un ascendant mental pour la rencontre suivante entre elles.
Imaginons un instant qu'une des deux joueuses soit amoureuse de l'autre ; comment vivre un amour à sens unique ? Comment envisager cette relation quand l'une d'elles est en couple avec un homme et de surcroît, hétérosexuelle ? Oublier cet amour et refaire sa vie ou, espérer une liaison malgré tout et prendre le risque de souffrir ? Une question qui ne cesse de se poser ! En fin de compte, est-ce les mœurs de notre société qui pourraient faire hésiter la seconde, ou est-ce toute autre chose ? Quand les doutes rencontrent les peurs, cela pourrait être un cocktail détonant, non ? L'avenir nous le dira...
► Nombre de mots : 64477
► Genre : Romance
► Public : Tout public
► Niveau d'érotisme : ★☆☆☆☆
9,90 €
Description du produit

EXTRAIT :

Dos à elle, c’est l’écran géant au-dessus des gradins qui me confirme, en images, ce que je pensais déjà. Marta est passablement énervée par l’attention portée sur moi ; elle commence à perdre patience. Pour moi, ses états d’âme sont tellement faciles à deviner !
Heureusement pour elle, ce n’est qu’après plusieurs minutes que les organisateurs se décident enfin à passer au moment des discours. Un homme en costume vient à sa rencontre avant de lui tendre un micro. Honneur à la vaincue ! Cependant, je la connais, et le pire est à venir…
—    Je n’ai rien à dire sauf que j’aurais dû gagner. D’ailleurs, mon adversaire était, comme d’habitude, largement à ma portée. Je souhaite néanmoins remercier les organisateurs de ce tournoi et le public lors des autres matchs ! Aujourd’hui, l’assemblée avait déjà désigné son vainqueur avant même que le match ne débute. Finit-elle par déclarer tout en posant le micro sur la table à côté d’elle et de s’en aller en direction des vestiaires sans attendre mon discours.
Une bronca assourdissante suit immédiatement son départ. Ils sont tous stupéfiés par son égo surdimensionné et surtout, par ses affirmations sur eux ! Marta n’a jamais su accepter la défaite. Encore aujourd’hui, sa tirade le prouve. Elle n’osera jamais avouer que j’ai été plus forte sur ce match, non, elle préférera reporter la faute sur l’assemblée du jour. Un défaut qui l’a fait haïr du public ; un peu plus chaque jour. Une chose est sûre, ses dires feront le tour du monde dans quelques minutes !

 

Commentaires (4)

Rated 3.5 out of 5 based on 3 voters
This comment was minimized by the moderator on the site

**ALERTE**ALERTE**ALERTE**

J'ai terminé de lire pour la première fois en presque deux ans un roman! Oui Oui! Et l'heureuse élue est Audrey Girard De-Gabbia, écrivaine et son roman Jeu, set et love!

J'ai été attiré par cette histoire tout d'abord parce que le sujet principal est un sport! Oui, même si je n'en fais plus beaucoup, j'ai toujours adoré le sport! J'étais vraiment curieuse de voir comment l'auteur avait créé une histoire dans l'univers du tennis.

Le point fort du roman : les descriptions de match. D'ailleurs, je suis encore impressionnée par la description du lancer de la balle dans le premier chapitre.

Ensuite, difficile de donner mon avis sans spoiler *****SI JAMAIS VOUS NE VOULEZ PAS PRENDRE DE RISQUE CESSEZ VOTRE LECTURE****

Mais je dois admettre avoir été surprise par le défi qui se présente à Camille. Je ne m'attendais pas du tout à ça et j'ai vraiment apprécié vivre les émotions de Camille face à la réalité dont elle doit faire face (je vous laisse découvrir par vous-même)

J'ai eu plus de difficulté à accepter Marta par contre. Je comprends que ce n'est pas tout le monde qui sont capable d'accepter de vivre pleinement qui ils sont et c'est peut-être ce qui m'a heurté le plus. Camille a été beaucoup trop patiente pour moi. Même par amour, y'a des limites. Chapeau Camille!

Finalement, les deux épilogues sont intéressants. Deux visions, deux fins alternatives. J'avoue avoir versé une larme pour l'un des deux même.

Bref, si vous aimez le sport et le drame, ce roman est pour vous! Vous constaterez qu'il n'y a pas que le sport dans la vie quand on est une athlète de haut niveau!

This comment was minimized by the moderator on the site

Après avoir lu la courte biographie de l’auteure, il y a manifestement certains liens avec cette romance d’Audrey Girard de Gabbia. J’aurais préféré une histoire où les deux héroïnes se découvrent et tombent amoureuses au lieu d’une relation qui dure depuis dix ans mais en soi, cela n’enlève rien au propos de l’auteure qui démontre les difficultés du coming out et de la perception extérieure de l’Amour des Femmes. Mais là où je perds complètement le nord, c’est à la lecture de la première épilogue qui met scène le pire des scénarios que l’on puisse imaginer ! Ca revient à faire voler la colombe de l’amour au-dessus d’un stade de tir aux clays, et on que l’on crie pull pour la descendre. Cette issue extrême, même si elle est commentée par l’auteure comme étant une fin potentiellement réaliste, ce n’est vraiment pas ce que le lecteur désire découvrir comme climax de fin d’une romance. Laissez-nous rêver Audrey, d’autant que l’amour des héroïnes est très fort. On le sent et on y croit. Cette première épilogue non seulement tue Marta mais en même temps, tue le livre.
Et certes, la deuxième épilogue est loin du côté tragique de la première. C’est celle qu’on attendait et qu’on espérait. Mais elle perd toute sa saveur après la lecture de la première ! Aussi, si je puis me permettre ce conseil à l’auteure : supprimez la première épilogue pour ne garder que la seconde et tant qu’à faire, n’hésitez pas à y insérer une demande en mariage lors de l’interview de Marta après le dernier match. Si le monde est à ce point machiste pour ne pas accepter l’amour de deux femmes et bien ce monde doit changer. L’orthographe est un peu bancale ça et là mais cette romance mérite d’être réécrite dans son épilogue. Elle gagnerait deux étoiles supplémentaires car l’amour entre ces deux femmes est prenant. J’espère que mon commentaire sera perçu comme une critique positive.

  1. 3 / 5
This comment was minimized by the moderator on the site

Voilà un petit moment qu'il était dans ma PAL et je ne regrette pas de l'avoir choisi par rapport à un autre.

Malgré l'univers très immersif dans le monde du tennis le livre est fluide, facilement compréhensible malgré les termes techniques pour les personnes qui comme moi n'ont jamais rien compris au tennis. L'évolution de Marta est intéressante, tout comme le fait d'aborder ce qui ronge intérieurement Camille. Quelques scènes de calins me paraissent disproportionnées sur la durée décrite, par exemple : un quart d'heure de calin en position debout, cela me laisse un peu perplexe. Cependant, l'histoire m'a embarqué dans l'aventure amoureuse de Marta et Camille au point que je ne m'attarde pas sur ces détails qui m'ont fait tiqué.

J'ai vraiment apprécié ces deux héroïnes, bien que Camille mériterait quelques baffes pour certaines réactions.

Et pour finir les deux épilogues m'ont partagé niveau réaction, j'ai d'abord eu envie d'étriper l'auteure avant de penser autrement en lisant la suite. Sa note est très claire concernant ces deux épilogues et j'admets qu'elle a raison dans son discours, j'aurais tout de même préféré un seul épilogue.

  1. 4 / 5
This comment was minimized by the moderator on the site

Bon roman, avec des héroïnes attachantes, complexes dont une au moins se torture l'esprit avec une imagination trop vive.
Histoire bien construite, avec quelques passages trop bien pensants.

Remarque : comment peut-il rester autant d'énormes fautes d'orthographes après les corrections de la maison d'éditions ?
Ce n'est pas la première fois que je le constate et ça reste un sujet d'étonnement désagréable.

  1. 4 / 5
.