Homoromance Éditions
×
 x 

Panier Vide
Shopping cart(Panier Vide)

Judith Gagnon

Tout d’abord auteur-compositeur-interprète, Judith a longtemps apprécié jouer avec les mots. Après plusieurs années de pages blanches, elle avait mit de côté cet aspect de sa vie jusqu’au déclic de The 100. L’idée de créer une histoire où deux personnages féminins, centraux, pouvaient évoluer ensemble dans une fin positive l’a motivé à écrire Au-delà du devoir.

Engagée pendant plusieurs années au GRIS-Québec et le GRIS-Montréal (organisme faisait de la démystification de l’homosexualité dans les écoles), elle voyait dans l’écriture une façon de pouvoir montrer une image positive de l’homosexualité. Une image qui démontrait que l’on pouvait vivre pleinement son orientation.

Exploitant plusieurs différents styles, Judith espère toucher l’espoir de ceux et celles qui se questionnent ou qui ne vivent pas très bien avec leur orientation avec son premier roman mais aussi avec d’autres romans potentiels.

Page facebook

 

Livres publiés :

baack2   affrontersam   divinenfer_amazon

L’aventure littéraire de Judith Gagnon se poursuit

C’est en juillet 2017 que la Terrebonnienne Judith Gagnon publiait son premier roman, Au-delà du devoir. En novembre, elle enchaînait avec Affronter sa mémoire, et le 15 juin, Divin Enfer sera proposé aux lecteurs. Prolifique, elle se donne la mission d’offrir une lecture accessible à la communauté LGBT.

Ses trois publications, toutes chez Homoromance Éditions, ont comme point commun de mettre en scène des personnages représentant la communauté LGBT (lesbiennes, gais, bisexuels et trans). «Mes trois romans font dans la romance, mais je n’ai pas voulu tomber dans des livres à l’eau de rose. Je voulais montrer que des personnages LGBT peuvent être importants sans pour autant mettre l’homosexualité au cœur de l’histoire et qu’elle ne tourne qu’autour du sexe», nuance l’auteure.

Dans son 3e roman à venir le 15 juin, un récit côtoyant la fantaisie et le fantastique, on retrouve deux propriétaires d’un bar montréalais où des anges et des démons peuvent se rencontrer. Un jour, une inconnue blessée entre dans le lieu. Sans vouloir en dire davantage de peur de dévoiler l’intrigue, Judith Gagnon précise que cette inconnue est la source de son récit, qui est à mille lieues de son 2e livre. 

Lire la suite

 

Interview de Judith Gagnon par le journal québécois "La Revue"

En à peine un an, l’auteure Judith Gagnon a couché sur papier pas moins de trois histoires de styles complètement différents, dont l’une a officiellement été publiée en juillet. Avec Au-delà du devoir, la Terrebonnienne nous plonge dans un futur chaotique où se mêlent science-fiction, action et amour, en plus de faire rayonner la littérature LGBT.

Il faut l’avouer, la littérature LGBT n’est pas toujours facile à trouver. «Pendant quelques mois, j’ai fait des recherches de romans et de séries télévisées afin de remplir ma bibliothèque. J’ai alors réalisé qu’il y en a très peu. Je suis finalement tombée sur la série The 100, un récit post-apocalyptique qui met notamment en scène une histoire d’amour entre deux femmes. Je n’ai pas aimé la façon dont ça s’est terminé. Pour le plaisir, je m’en suis donc inspirée en écrivant un récit de science-fiction avec deux personnages forts et une finalité différente», confie l’auteure de Terrebonne.

Après deux mois de travail, le livre Au-delà du devoir était bouclé. «Je l’ai envoyé à la maison Homoromance Éditions sans aucune attente. Quand j’ai su qu’il serait publié, j’étais extrêmement heureuse, ne serait-ce que pour offrir davantage de littérature LGBT à ceux qui en recherchent», poursuit-elle.

Au-delà du devoir  prend place en 2060, dans un futur chaotique où la planète est surpeuplée et la population, affamée. Deux ennemies potentielles, Kansas et Phoenix, se rencontrent. Elles doivent mener à bien leur mission respective, sans compromis ni sentiment… Mais si ce pour quoi elles avaient été formées ne voulait plus rien dire? Si le mensonge leur faisait voir la vérité? Et si elles arrivaient à voir au-delà de leur devoir?

«J’ai adoré travaillé sur ce projet, admet Judith Gagnon. J’arrivais le soir, j’ouvrais mon ordinateur et je travaillais sur mon texte, en jouant avec les mots et en m’attachant de plus en plus aux personnages. Plus l’histoire avançait et plus j’aimais ça.»

Lire la suite

 

 

Commentaires (0)

Rated 0 out of 5 based on 0 voters
There are no comments posted here yet