Skip to main content

L'art subtil de l'érotisme : Pourquoi ce n'est pas du porno ?

| Admin | Les conseils d'écriture

L

 

L'érotisme et la pornographie sont deux termes souvent utilisés de manière interchangeable pour parler de romances FF, MM ou MF, mais ils représentent deux univers distincts, tant dans leur essence que dans leur expression.

Nous avions déjà évoqué l'écriture de l'érotisme dans notre article "Ecriture d'un roman érotique : L'équilibre entre sensualité et respect", et l'idée nous est venue de vous proposer un nouveau contenu destiné à faire un distinguo clair et précis entre les deux genres.

Tout d'abord, quelques définitions !

L'érotisme c'est quoi ? Dérivé du nom du dieu grec de l'amour, Éros, l'érotisme est une célébration de la sensualité, des désirs et des émotions humaines. Il s'agit d'une exploration subtile des intrications complexes entre les corps, les âmes et les esprits, souvent enveloppée de mystère et de suggestion.

La pornographie c'est quoi ? La pornographie quant à elle, vise principalement à provoquer une réaction physique, en mettant l'accent sur la représentation explicite des actes sexuels, souvent sans le contexte émotionnel ou narratif qui caractérise l'érotisme.

Simple à différencier ? Clairement ! Alors, pourquoi cette confusion persistante entre les deux ? Pourquoi voyons-nous certains éditeurs souligner qu'un titre est érotique alors qu'il s'agit clairement de porno ?  Imposture intellectuelle ou stratégie marketing ? Surtout, comment les auteurs et les lecteurs peuvent-ils distinguer l'érotisme de la pornographie dans la littérature ? Cet article vous propose de démystifier ces concepts et d'explorer l'art délicat de l'écriture érotique pour quiconque souhaitant s'y adonner dans ses romans.

Sommaire

1. L'art de l'érotisme

L'érotisme, contrairement à ce que l'on pourrait penser, ne se limite pas à une simple représentation des actes amoureux ou à une description charnelle. Il s'agit d'une exploration profonde et nuancée des désirs et des émotions humaines, qui va bien au-delà de la surface.

1.1. L'art d'explorer des désirs et des émotions

Au cœur de l'érotisme se trouve une quête intime de compréhension de soi et de l'autre. Il ne s'agit pas seulement de décrire des corps enlacés, mais de plonger dans les profondeurs des sentiments, des passions, des peurs et des aspirations qui animent ces corps. L'érotisme cherche à capturer l'essence même de ce que signifie être humain, avec toutes les complexités et contradictions que cela implique. Il s'agit de dépeindre le désir non seulement comme une force physique, mais aussi comme une émotion profonde et souvent tumultueuse capable de bouleverser des vies, de briser des cœurs ou de créer des liens indéfectibles. Si on devait résumer cet acte en une phrase, elle serait sans contexte "l'art de faire l'amour".

1.2. L'art de suggérer plutôt que de montrer explicitement

L'une des caractéristiques les plus distinctives de l'érotisme est sa capacité à suggérer plutôt qu'à montrer. Contrairement à la pornographie, qui vise à dévoiler de manière explicite, l'érotisme joue sur l'art de la rétention, de l'implicite. Il laisse place à l'imagination, permettant aux lecteurs de remplir les blancs, de construire ses propres images et de s'immerger pleinement dans l'histoire. Cette subtilité est ce qui donne à l'érotisme sa puissance évocatrice. En ne montrant pas tout, il invite à la rêverie, à la spéculation, créant ainsi une connexion intime entre l'auteur, le texte et le lecteur. C'est dans cet espace de non-dits, dans ces silences chargés, que réside la véritable magie de l'érotisme.

1.3. La quête de l'explicite et la perte de l'imaginaire

Il est regrettable de constater qu'une portion croissante de lectrices et lecteurs semble désormais privilégier les descriptions explicites au détriment des évocations subtiles. Bienvenue dans l'air du "pré-maché" où il n'y a plus de place à l'imaginaire. Cette tendance, probablement influencée par la surabondance de contenus visuels explicites dans les médias modernes, risque de réduire l'espace pour la rêverie. En se privant de textes qui suggèrent, le lecteur perd une opportunité précieuse d'engager son imagination, de personnaliser l'expérience de lecture et de co-créer l'histoire avec l'auteur. Les scènes érotiques, lorsqu'elles sont suggérées, permettent une interprétation personnelle, offrant à chaque lecteur une expérience unique, façonnée par ses propres désirs, expériences et fantasmes. Il est essentiel de reconnaître la valeur de cette interaction intime entre le texte et l'imaginaire, et d'encourager une approche de la lecture qui célèbre la puissance de la suggestion.

1.4. La dérive vers la vulgarité et la misogynie

Il est alarmant de constater que, sous le prétexte d'écrire de l'érotisme, de nombreux auteurs (et malheureusement autrices) recourent de plus en plus à un langage vulgaire, parfois teinté de misogynie flagrante. L'utilisation de termes dégradants et d'insultes qui parfois réduisent la femme à un simple objet est non seulement une trahison de l'essence même de l'érotisme, mais aussi un reflet inquiétant de certaines tendances culturelles actuelles. C'est une sorte d'escalade malsaine du fantasme qui, au lieu d'enrichir l'expérience littéraire, la banalise et la dénature. Cette approche, qui privilégie le choc à la subtilité, érode la véritable essence de l'érotisme, qui est de célébrer la beauté des relations humaines, le respect mutuel et la découverte sensuelle. En confondant grossièreté avec audace ou objectification avec désir, ces écrits contribuent malheureusement à une culture où la femme est souvent dévalorisée, et où la nuance et la profondeur émotionnelle sont sacrifiées sur l'autel de la provocation facile. Il est essentiel de reconnaître et de combattre cette tendance, afin de préserver l'intégrité et la richesse de la littérature érotique. Réduire ce genre riche et nuancé à des descriptions crues et déshumanisantes est une injustice tant pour les auteurs véritablement érotiques que pour les lecteurs en quête d'une exploration authentique de la sensualité. Il est crucial de dénoncer ces dérives et de rappeler l'importance de la dignité, du respect et de l'authenticité dans l'écriture érotique, surtout mettant en scène des romances entre femmes !

2. Le porno : caractéristiques principales

Le porno, souvent mal compris ou réduit à des clichés, possède ses propres codes et objectifs. Bien qu'il partage avec l'érotisme le thème de la sexualité, son approche et ses intentions diffèrent nettement.

2.1. L'objectif principal du porno : la stimulation physique

Au cœur de la pornographie se trouve un objectif clair et direct : provoquer une réaction physique chez le spectateur ou le lecteur. Contrairement à l'érotisme, qui cherche à évoquer une palette d'émotions et de sentiments, le porno vise principalement la stimulation sensorielle. En clair, il s'agit d'une forme d'expression qui ne s'embarrasse pas de sous-entendus ou de suggestions, mais qui va droit au but. La pornographie cherche à éveiller les sens de manière immédiate, sans nécessairement s'encombrer d'une trame narrative complexe ou de développements de personnages. En clair, on ne cherche plus à "capturer l'essence même de ce que signifie être humain" comme vu précédemment, on tombe dans la forme la plus "animale" et visuel de l'acte

2.2. La représentation explicite sans contexte émotionnel

L'une des caractéristiques les plus marquantes de la pornographie est sa représentation sans fard de l'acte sexuel. Là où l'érotisme joue sur l'implicite, le porno le montre sans détour. Cette explicité est donc dépourvue de contexte émotionnel ou narratif. Les personnages peuvent ne pas avoir d'histoire préalable, d'émotions complexes ou de motivations autres que le désir immédiat. Cette absence de contexte vise à concentrer l'attention du spectateur sur l'acte en lui-même, sans distraction ou élément superflu.

Il est essentiel de comprendre que la pornographie se focalise sur la dimension physique de la sexualité. Cela ne signifie pas qu'elle est dénuée de valeur ou d'art ; elle répond simplement à des besoins et des attentes différents de ceux de l'érotisme.

3. Les bienfaits de l'érotisme

L'érotisme, souvent perçu comme un simple divertissement ou une forme d'expression audacieuse, recèle en réalité de nombreux bienfaits, tant pour l'auteur que pour le lecteur. Au-delà de la simple représentation de la sensualité, l'érotisme a le pouvoir d'enrichir l'esprit, de stimuler l'imagination et de renforcer les liens émotionnels entre les personnages.

3.1. Stimule l'imagination et la créativité

L'érotisme, par sa nature suggestive et subtile, invite le lecteur à compléter les blancs, à imaginer les scènes non décrites et à s'immerger dans un univers de désir et de passion. Cette sollicitation active de l'imagination stimule en fait la créativité, encourage le lecteur à envisager différentes interprétations, scénarios ou fins pour les personnages. Pour l'auteur, écrire de l'érotisme est un exercice d'équilibre délicat, nécessitant de trouver les mots justes pour évoquer sans montrer explicitement, pour suggérer sans être vulgaire. Cet exercice renforce la créativité, poussant l'écrivain à explorer de nouvelles façons de décrire les émotions, les sensations et les interactions entre les personnages.

3.2. Renforce les liens émotionnels entre les personnages

L'érotisme ne se limite pas à la description des actes physiques ; il plonge profondément dans le monde des émotions. Les scènes érotiques, lorsqu'elles sont bien écrites, permettent de renforcer les liens émotionnels entre les personnages. Elles offrent un aperçu de leur vulnérabilité, de leurs désirs, de leurs peurs et de leurs aspirations. Ces moments intimes permettent aux personnages de se dévoiler, de se rapprocher et de tisser des liens profonds et durables. Pour le lecteur, ces scènes renforcent l'attachement aux personnages, rendant leur histoire plus poignante et mémorable.

4. Les défis de l'écriture érotique

L'écriture érotique, bien que gratifiante, est loin d'être une tâche aisée. Elle nécessite une sensibilité particulière, une maîtrise de la langue et une compréhension profonde des émotions humaines. Les auteurs qui s'aventurent dans ce genre sont souvent confrontés à plusieurs défis, parmi lesquels :

4.1. Trouver l'équilibre entre la sensualité et la vulgarité

L'un des plus grands défis de l'écriture érotique est de dépeindre la passion et le désir sans tomber dans la vulgarité. Il s'agit de trouver les mots justes pour évoquer la sensualité, la chaleur et l'intimité sans être trop explicite ou grossier. Cet équilibre est délicat à atteindre, car ce qui peut être sensuel pour un lecteur peut être perçu comme vulgaire par un autre. L'auteur doit donc faire preuve de discernement, s'appuyant souvent sur la suggestion et l'implicite pour évoquer des scènes chargées d'émotion sans choquer ou aliéner son public.

4.2. Éviter les clichés et les stéréotypes

L'érotisme, comme tout genre littéraire, n'est pas à l'abri des clichés. Des descriptions répétitives, des scénarios prévisibles ou des personnages stéréotypés peuvent rapidement affaiblir un récit érotique. Le défi pour l'auteur est de se renouveler, d'apporter une fraîcheur à ses scènes, de créer des personnages authentiques avec leurs propres désirs, peurs et aspirations. Il est essentiel d'éviter les représentations simplistes ou réductrices de la sexualité, qui peuvent non seulement ennuyer le lecteur, mais aussi renforcer des idées préconçues ou des stéréotypes nuisibles.

4.3. Romance et érotisme : une distinction nécessaire

Il est malheureusement courant de voir certains nouveaux membres de comités de lecture, et même le grand public, confondre romance et l'érotisme. Si les deux genres peuvent parfois se croiser, ils ont des fondements et des objectifs distincts. La romance se concentre sur la relation amoureuse entre les personnages, explorant les complexités émotionnelles, les obstacles et les triomphes qui jalonnent leur chemin vers l'amour véritable.

L'érotisme, quant à lui, met l'accent sur la dimension sensuelle et sexuelle des relations, souvent avec une approche plus explicite. Bien que de nombreux romans romantiques contiennent des scènes sensuelles, cela ne les transforme pas automatiquement en œuvres érotiques. Faire cet amalgame est non seulement réducteur, mais cela peut aussi fausser les attentes des lecteurs et dévaloriser la richesse et la diversité de chaque genre. Il est essentiel que les professionnels de la littérature, en particulier ceux qui ont le pouvoir de sélection et de recommandation, comprennent et respectent ces nuances pour offrir des critiques éclairées et des recommandations appropriées.




"Laissez-nous quelques mots sur Facebook, Google ou encore sur les fiches Amazon des livres des auteurs. Vous êtes nos meilleur.e.s ambassadrices et ambassadeurs pour faire connaitre et rayonner la littérature lesbienne, gaie, bi et trans. "

cronjob