fbpx
Homoromance Éditions
×
 x 

Panier Vide
Shopping cart(Panier Vide)

Kadyan

Créé le 19 janvier 2020

PrixdusangAlex mène une vie de marginale, hantée par les ombres et les colères de son passé. Alors qu'elle n'attend plus rien de personne, un héritage inattendu la précipite dans un monde de richesse et de pouvoir à San Francisco.
Désormais à la tête de la fondation Garrison, Alex devra s'adapter à de nouvelles règles, bien loin de son passé tourmenté. Au fil des rencontres surgies du passé et des nouvelles expériences, elle découvrira peu à peu que l'espoir de bonheur n'est peut-être pas impossible et qu'il faut parfois donner pour recevoir.

► Lien ebook
Lien papier

 

Créé le 28 novembre 2019

images/<span class=Kadyan_Australie300x300.jpg" width="300" height="300" />

Née en 1964 à Toulouse, Kadyan n’aimait pas le français ni les livres que ses professeurs l’obligeaient à lire et qu’elle ne lisait d’ailleurs jamais entièrement. Ses préférences allaient aux mathématiques et à la physique.
Ses seules lectures étaient les BD et les encyclopédies Time Life. Par contre, elle a passé une partie de son adolescence à créer des histoires dans sa tête. C’est ainsi que sont nés les Atmaks et l’histoire d’Alex dans "Le prix du sang".
Lorsqu’elle avait 20 ans, son père lui a mis dans les mains des romans de science-fiction en disant qu’ils étaient très bien. N’ayant rien à faire cet été là, elle a commencé le premier de la série et ne s’est plus arrêtée de lire depuis.  
L’idée d’écrire ces histoires issues de son imagination débordante l’a toujours titillée mais le manque de temps et la paresse l’ont fait repousser cette envie jusqu’à ce qu’elle découvre la littérature lesbienne d’outre-atlantique. Là, elle s’est dit : "Pourquoi pas moi ?".
Chacun de ses romans possède sa propre histoire, son propre cycle de création, quelquefois facile, quelquefois douloureux.
Kadyan touche à tous les genres : aventure, policier, science-fiction, fantastique, romance. Son objectif principal est que sa lectrice ou lecteur ne s’ennuie pas.

 

Nathalie BonneParce que nos lectrices font partie de la grande famille d'Homoromance Editions, nous avons décidé de vous présenter l'une d'elle et avons fait la rencontre virtuelle de Nathalie Bonne. Plus qu'une lectrice active de notre Café de l'homoromance, Nathalie s'adonne régulièrement à la rédaction d'avis et de chroniques. Des retours indispensables pour la motivation des auteurs.

 

Depuis combien de temps lisez-vous de la romance entre femmes ? ​

Disons que le 1er lu, j’avais 15 ans il me semble, j’en ai 52 aujourd’hui donc cela ne date pas d’hier. Je n’avais pas vraiment encore tout compris sur moi et mes orientations, mais ma mère m’a dit « tiens tu devrais lire ce livre, il est bien et ça devrait te plaire », il s’agissait de Tant qu’il y aura des femmes d’Elula Perrin. Pour m’avoir plu il m’a plu, cela parlait de femmes qui aiment les femmes, whaou un bouleversement pour moi, une révélation.