(2019) TERRE SAUVAGE, Karine Jetté

  • Messages : 5
  • Remerciements reçus 0

(2019) TERRE SAUVAGE, Karine Jetté a été créé par Karinejetteauteure

Bonjour à vous,

Jusqu'ici, ceux et celles qui sont familier(ère)s avec ma plume me connaissent surtout pour mes romances légères et chargées d'une bonne dose d'érotisme. Mais cet automne, je vous présente un projet qui diffère considérablement de mes romans précédents, une trilogie d’aventure post-apocalyptique... Je sais, c’est très différent de mes trois premières oeuvres! 



Pour certaines d'entre vous, le genre de ce roman pourrait paraître rédhibitoire... Habituées à de la romance pure, vous n'avez pas vraiment d’intérêt pour le post-apocalyptique et vous hésitez sans doute à vous lancer dans l'aventure. Je crois (humblement) que si vous avez aimé mes autres romans, Terre Sauvage pourrait être une excellente façon de vous tremper les pieds dans un nouveau genre littéraire. Il n’y a pas de science-fiction, le contexte est facile à imaginer, abordable pour tous, léger malgré les nombreuses intrigues et les rebondissements qui vous tiendront en haleine. C'est un roman d'aventure qui se situe dans un contexte post-apocalyptique, certes, mais la romance est toujours très présente en trame de fond et vous réservera (comme toujours) quelques scènes intimes à la hauteur de ce que vous connaissez déjà de mon écriture. Wink 

Si, au contraire, vous êtes fan de post-apocalyptique et n'avez jamais lu mes romans jusqu’ici parce que la romance (ou l’érotisme) ne vous interpelle pas, je vous dirais d’oublier ma bibliographie dans son ensemble et de regarder ce roman pour ce qu’il est en soi. C’est un projet vraiment à part, qui ne peut être comparé avec le reste de mes oeuvres. Je vous invite à oser découvrir ma plume; cette histoire est pleine de rebondissements et vous transportera assurément dans un autre univers. Frissons garantis! 

Dans un cas ou dans l'autre, vous trouverez ici quelques questions et réponses pour en savoir plus sur ce roman qui est particulièrement cher à mon cœur.

★ Il est écrit tome 1 sur la couverture… Est-ce une série? 

Oui, ce roman est le premier opus d'une trilogie. Le troisième tome est en phase finale d'écriture donc les impatient(e)s n’auront pas à attendre trop longtemps. Wink

★ Quel est le résumé ?

Lorsque Élisabeth quitte sa France natale à bord de l’Utopie 1, le premier navire à tenter la traversée transatlantique depuis la Crise de 2130 qui a ravagé la presque totalité de la population américaine, elle ne s’imagine pas qu’elle sera l’unique survivante d’un naufrage sur la Terre Sauvage. Après avoir repris connaissance sur la plage, elle passe en mode survie, une seconde nature pour elle dans ce monde post-apocalyptique. Sa solitude n’est que de courte durée et elle fait bientôt la rencontre de Roark, une guerrière Amazone qui éprouve pour elle une animosité évidente pour une raison qui lui échappe. Accueillie par la Tribu des Amazones, elle découvre rapidement que la terre d’abondance dont parlaient les légendes existe véritablement. Élisabeth trouve rapidement ses aises auprès de ce peuple aux us et coutumes pourtant très différentes des siennes. Ses aventures au sein de la Tribu lui amèneront les réponses à ses nombreuses questions et mettront en place les morceaux manquants du casse-tête, surtout en ce qui a trait à la mystérieuse Roark qui la fascine bien malgré elle... et dont l’animosité se transforme rapidement en des sentiments bien plus puissants. Mais entre les animaux sauvages et les terribles Exilés qui rôdent, Élisabeth est-elle réellement en sécurité auprès de son nouveau peuple ?

★ Quel est le genre ?

C’est un roman d’aventure post-apocalyptique teinté de romance. 

★ Quelles sont les principales influences ou sources d'inspiration de cette histoire? 

La série télévisée The 100, la série de romans historiques Les Enfants de la Terre de Jean M. Auel (beaucoup!), Pocahontas (mdr!), Un jour de plus (Cherilyn Nash et Lou Jazz).

★ Où l'acheter

En numérique:
En version papier:

★ Quand cette histoire a-t-elle été écrite ?

En avril 2018.

★ Quels sont les thèmes abordés ?

La nature, le survivalisme, le retour aux bases, la vie de communauté, le désir, l’amour...

★ D'où vous est venue l'idée ?

L’idée d’une communauté Amazone et de certains des personnages a été conçue dans mon esprit il y a plus de dix ans. J’étais alors aux études, j’écrivais pour le plaisir, mais il me manquait certains éléments pour en faire l'histoire que je rêvais d'écrire. J’ai même tenté de créer une plate-forme de jeux de rôle avec les idées que j’avais, mais le projet est resté bloqué à ce niveau. 10 ans plus tard, après la lecture de Un jour de plus (Cherilyn Nash et Lou Jazz) chez Homoromance Éditions, j’ai eu un déclic et j’ai réalisé que ce qu’il manquait à ce projet, c’était un contexte post-apocalyptique. À partir de là, tout est tombé en place pour moi et j’ai rapidement conçu les deux personnages principaux de Roark et Élisabeth, qui n'existaient même pas à l'époque. Seule Keeyan est demeurée fidèle à mon concept d’origine, un personnage que j’affectionnais particulièrement et qui était à la base le personnage principal du roman. 

★ Quelles sont vos sources de recherches (s'il y a lieu) ?

Beaucoup de recherches sur les plantes médicinales et sur les plantes comestibles pour la survie en nature sauvage, sur la fabrication de la pénicilline… 

★ Dans quelles conditions l'avez-vous écrit ?

Le premier tome a été écrit dans le cadre de Nanowrimo Avril 2018… Et oui, un roman entier écrit en un mois!!! Il me restait alors plusieurs scènes à ajouter pour plus de cohésion, plusieurs relectures et de très nombreuses corrections, mais le premier jet a été écrit de façon très rapide et passionnante. Je me suis vraiment laissée happer par cette histoire et j’ai adoré mon aventure. 

★ Quel genre de musique avez-vous écouté pour l'écrire ?

Beaucoup de musique de tambours, de Vikings ou musique d’ambiance. Très rarement avec paroles. 

★ Une info spéciale ?

Une des choses que j’avais très envie d’expérimenter et que j’ai enfin osé faire sur ce roman, c’est d’écrire une histoire avec le point de vue de deux personnages principaux en simultané. Puisque j’écris principalement au “je”, j’ai tendance à garder pas mal de mystère chez la deuxième protagoniste, qui se révèle plutôt au compte-goutte… Mais ce n’est pas possible avec deux personnages narrateurs, il faut connaître les deux protagonistes bien plus en profondeur. Ce fut une expérience vraiment intéressante! 

★ Un extrait ?

    “Je me suis assoupie au son envoûtant d’une musique qui m’est étrangère, un mélange hypnotisant de tambours battant en rythme et de notes douces et mélodieuses jouées sur un instrument qui m’est inconnu. Même si rien de ce qui m’entoure ne m’est familier, je dois avouer avoir très bien dormi, comme si les sons de la fête qui se déroulait tout autour de moi m’avaient bercée jusqu’à un sommeil doux et profondément réparateur.
Je m’éveille paisiblement, mon regard trouvant aussitôt la faible lumière bleutée qui découpe l’encadrement de la porte de bambou. Tout est silencieux à l’extérieur, à part le chant passionné des oiseaux qui s’excitent du lever imminent du soleil. Me rappelant les paroles de Keeyan la veille, je décide que c’est le moment idéal pour tenter une petite exploration des lieux. Je m’assois au bord du lit, jouant des orteils dans la terre battue qui tapisse le sol. Puis, je me lève avec précaution, heureuse de constater que ma tête ne me fait plus mal et que je suis enfin libre de mes mouvements. Une curiosité sans bornes fait battre mon cœur à toute vitesse alors que je pousse doucement la porte pour sortir, inspirant à pleins poumons l’air vivifiant, chargé de l’humidité du petit matin. Le ciel a commencé à s’éclaircir, mais le village est toujours plongé dans la grisaille de l’aube.
Je promène le regard autour de moi, en assimilant toutes les informations que je peux recueillir pour me faire une idée de cet univers nouveau qui est, semble-t-il, mon nouveau chez-moi. Des dizaines de minuscules habitations, semblables à celle dont je viens d’émerger, sont alignées d’un côté, le long de deux allées principales qui mènent à une plus grande construction triangulaire, une sorte de tipi gigantesque. Devant moi, un immense cercle de pierres laisse échapper un subtil filet de fumée et je n’ai aucune difficulté à imaginer les tambours de la veille autour d’un feu rougeoyant dans la nuit. Une construction en hauteur, juchée sur une tour de bois impressionnante comme un poste d’observation, est située au bord de ce qui semble être l’entrée du village, fermée par une barricade pour la nuit. Vers la droite, d’autres constructions plus ouvertes, aux formats divers, semblent avoir un usage plus pratique. Je remarque entre autres un étal rempli d’armes en cours de fabrication et, un peu plus loin, une table de travail recouverte de paniers et de contenants d’argile de tailles variées.
Je laisse mes pas me guider d’instinct auprès du foyer central, peut-être dans l’espoir inconscient d’y trouver de quoi manger. C’est à ce moment qu’un mouvement attire mon regard du côté des habitations, où je reconnais la guerrière qui m’a sauvé la vie. Elle échange un baiser rapide mais chargé de sensualité avec une autre femme. Une chaleur étrange m’envahit immédiatement, mais je n’ai pas le temps de m’y attarder. Une autre main féminine s’agrippe à son bras, pour l’inciter à retourner à l’intérieur de la hutte avec un sourire qui ne laisse pas de doute sur les activités qui s’y déroulent. Je change de direction au moment où la lourde tenture violette se referme devant l’entrée de l’habitation.
J’essaie tant bien que mal de ne pas laisser cette vision me troubler.
— Élisabeth !
Je me retourne vivement, étonnée d’entendre mon propre nom ici. Arborant un sourire sincère, Keeyan s’avance vers moi avec les bras grands ouverts et me serre amicalement. Sa bonne humeur se transmet à moi comme par magie, un changement bienvenu après le trouble que je viens de ressentir.
— Je m’en venais justement voir si tu étais réveillée… Tu vas mieux ?
— Oui, beaucoup mieux, merci. Mais je meurs de faim !
— Et tu sens mauvais !
Son rire cristallin est contagieux et je me mets moi aussi à rire. Je dois admettre que je rêve d’un long bain et de vêtements propres.”
Dernière édition: il y a 3 ans 5 mois par Karinejetteauteure.
il y a 3 ans 5 mois #145

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

CGV   |   SOUMETTRE UN MANUSCRIT | © 2015 - 2023 Homoromance Éditions

Maison d'édition de livres et romans lesbiens affiliée au LESBIA MAGAZINE