fbpx
Homoromance Éditions
×
 x 

Panier Vide
Shopping cart(Panier Vide)

Chronique "Les Chroniques de Worjan"

Worjan1 Site
Dès la lecture du titre, Wôrjan a fait frémir mes neurones évoquant des mots comme « fantasy », « magie », « univers ». Tout ce que j’aime. Et je n’ai pas été déçue pour ce premier tome. Nous voici dans un nouvel univers, créé de toute pièce par M.B.INTEM, matérialisé par une carte comme dans les séries fantastiques que j’ai l’habitude de lire. Dans cet univers, une jeune fille, Eileen, va affronter son destin. Au travers de rencontres d’abord : des amours, du sexe, des amies, des méchants, des monstres divers et variés, humains ou pas, une déesse et bien d’autres encore. Au travers d’épreuves ensuite : et là, on peut déjà dire qu’elle n’est pas épargnée !
 
Le côté romance est un peu particulier puisqu’on ne peut pas dire qu’on ait un couple unique mais on suit plutôt Eileen dans ses pérégrinations amoureuses, qu’elles soient volontaires ou non. Les scènes sont explicites et l’amour est assez libre sur Wôrjan, je vous laisse découvrir comment l’auteur passe avec brio de la description des premiers émois à celle d’une passion dévorante. Je vois ce tome 1 comme la phase d’initiation d’Eileen pour accéder au destin qu’on lui promet. Elle a ses faiblesses que la vie va se charger de mettre en exergue. De ce fait, en contrepoint à l’action qui va nous mener aux quatre coins de ce continent imaginaire, nous suivons également l’évolution psychologique de l’héroïne. Une belle leçon de vie, en tout cas.
 
Le récit est soutenu par un style précis et évocateur dans les descriptions mais aussi plus incisif dans l’action. La puissance évocatrice du style est particulièrement importante pour des univers Fantasy : il s’agit de transmettre au lecteur toute la puissance de l’imagination de l’auteur, avec des illustrations hautes en couleur… sans le secours des images. Sans conteste, c’est une réussite.
 
Les personnages, de leur côté, sont bien dosés, sans caricature et sans être fade en retour. Avec une mention particulière pour Meloween, j’ai toujours eu un petit faible pour les Elfes !
« Chroniques de Wôrjan T1 » de M.B.INTEM : ne ratez pas le départ d’une grande fresque Fantasy !
 
 
Button R47 C9

Chronique "Yoga Chaud partie 1"

Couverture Yogachaud KarineJette Site

Yoga chaud est une nouvelle. Un format que je connais que trop bien pour en écrire moi-même. En arrivant à la fin de cette histoire, j’ai pu comprendre votre frustration ! Le mot de la fin est arrivé bien trop tôt à mon goût. Heureusement que l’autrice nous offre une deuxième partie à cette histoire torride. Ce n’est d’ailleurs pas un hasard que cette chronique sort aujourd’hui… Nous sommes le 11 mai, et en ce vendredi sort la partie 2 de Yoga chaud.

Je dois tout de même vous prévenir, si vous souhaitez lire cette nouvelle, munissez-vous que quelque chose de frais, tel qu’un pot à glaçon ou une piscine non loin, car elle donne chaud, très chaud. Bien que j’ai eu peur que l’histoire ne soit qu’érotique, j’ai été agréablement surprise par la sensualité qu’emploie Karine dans ces mots. Les rapports ne sont pas crus, ni trop détaillés. Ils sont justes et respectueux des lecteurs ce qui est franchement un pari pas forcément évident à remplir. Trouver un juste milieu dans les scènes de sexe requiert un certain talent, et l’autrice en est dotée. Soyez certaines que je lirai la deuxième partie de cette histoire.

Le personnage principal, Amanda, avait besoin d’un break dans sa vie active pour se ressourcer. Lorsque nous commençons son aventure, elle semble toujours quelque peu tendue, au bord de la crise de nerfs et à la recherche de calme. Je sais que les formats courts amènent à des concessions, mais j’aurais aimé en découvrir un peu plus sur cette femme. J’espère que la partie deux nous dévoilera son passé, ou sa situation actuelle, car je suis assez curieuse.

Pour ce qui est de Jen, sa personnalité est vite affirmée. Dès son apparition, j’ai cerné le personnage. Son arrogance, sa confiance en soi, ses avances directes correspondent parfaitement au physique dépeint par l’autrice. Si bien que je me suis demandé si Jen était une connaissance ou autre… J’ai été autant outrée qu’Amanda quant à son avance plutôt directe pour ne pas dire offensante. Osée parler de la sorte et proposer des parties de jambes en l’air sans connaître la personne est assez culottée, mais ma foi, sur Amanda cela a fonctionné. Alors bravo Jen !

Nous n’allons pas nous voiler la face, cette nouvelle pourrait être qualifiée d’érotique, mais ce terme me gêne, car l’histoire n’est pas uniquement des scènes chaudes. Non. Il y a une constante autour, une rencontre, deux personnages construits et une alchimie évidente. Alors non, Yoga chaud n’est pas une nouvelle érotique de mon point de vue. Elles ne font pas que coucher ensemble, elles se découvrent autrement. La relation entre Amanda et Jen bien qu’elle soit physique dans un premier temps, devient plus à mesure qu’elles passent du temps ensemble. À ma lecture, j’ai pu ressentir une connexion se créer entre les deux femmes. Un désir de plus d’intimité que simplement l’aspect charnel.

C’est là-dessus que la première partie se terminait. Les deux femmes se quittaient sachant pertinemment que la fin était là, mais je sentais qu’il y avait plus. J’espère que dans la suite nous retrouverons Jen et la tension entre elle et Amanda.

Parlons maintenant des scènes chaudes. Parce que oui, il y en a dans cette histoire. Comme je le disais, elles sont parfaitement écrites. Ni trop cru, ni trop légère. Karine Jetté a su trouver le juste milieu pour ce genre de passage, pourtant difficile à trouver. Je lui tire mon chapeau pour la scène sous le quai qui m’a donné très chaud par ailleurs. Sur le coup, j’ai bien cru qu’elle allait la rendre plus légère au risque d’éluder et terminer plus rapidement, mais du tout, l’autrice est allée jusqu’au bout de son idée. Si certains auteurs étaient tombés dans le vulgaire, le cru et le visuel à outrance, ce ne fut pas le cas dans cette histoire.

Ce juste milieu m’a permis d’apprécier le style de l’autrice. Elle donne du rythme à son histoire, insiste où il faut, mais surtout écrit des scènes de sexe comme personne. Je plaisante. Le style d’écriture de l’autrice est fluide, pas trop de description sûrement due au format court de la nouvelle. Cependant, j’aurais aimé que le personnage d’Amanda soit plus détaillé, plus travaillé peut-être, mais c’est encore moi qui chipote. Yoga chaud est une excellente histoire à lire dans un endroit frais, surtout pas en pleine canicule sur sa serviette de plage ! Vous serez prévenu.

Passage préféré

Derrière le comptoir central qui faisait toute l’originalité du plan de la salle, des yeux de l couleur de l’océan me fixaient avec une intensité déstabilisante. Je m’approchai en souriant pour appuyer les coudes sur le comptoir, offrant volontiers à Jen une vue imprenable sur mon décolleté.

—    Bonjour, j’ai entendu dire que vous offriez un délicieux latté…

—    Le meilleur de la région, en effet. Chaud ou glacé, beauté ?

—    Je préfère toujours chaud.

—    C’est noté…

Avec un clin d’œil espiègle, elle se mit à manœuvrer la machine à espresso pour me préparer une grande tasse recouverte de lait fouetté, qu’elle me tendit enfin avec un sourire en coin.

—    Compliments de la maison… En remerciement pour la publicité sur Instagram. Entre autres…

Par Laurie Miquel - site

Button R47 C9

Chronique "Nos dernières traditions"

Site
Vous pensez connaître Noël, toutes ses traditions, tous ses contes et autres personnages ? Détrompez-vous, vous ne connaissez probablement que la partie émergée de l’iceberg. Cherylin A. Nash et Lou Jazz vous proposent de plonger au cœur de cet univers fascinant, riche d’un folklore revisité et étonnamment moderne.
 
Ce qui ne change pas : le père Noël et son clan représentent le bien, le père Fouettard et le sien incarnent le mal. Sauf que... les gentils ne sont pas tous gentils, les méchants pas tous méchants ! De plus, les auteures prennent un malin plaisir à intégrer dans l’univers de base, bon nombre de créatures magiques de divers mythes et folklores. Cela donne un univers et des personnages très colorés, pleins de clins d’œil et fort bien décrits, on s’y croirait.
 
Mais tout n’est pas rose dans ce monde magique. Jalousies, conflits et bons sentiments s’entremêlent pour une intrigue menée tambour battant, le tout saupoudré d’une « légère » satire de notre société de consommation. C’est que l’heure est grave : un évènement absolument imprévisible menace la pérennité des mondes magiques ! Allons-nous vivre le dernier Noël ?
 
Je ne vous ai pas encore parlé de nos deux héroïnes : Kitty, fille du père Noël, et Devon, fille du Père Fouettard ! Le yin et le yang, vous connaissez ? Elles sont totalement à l’opposé l’une de l’autre. Enfin, en apparence... Je vous laisse découvrir leur caractère, leurs espoirs et leur vie hors normes où tout se conjugue pour les amener à un point précis : la croisée des chemins.
 
La construction du récit est simple : nous allons vivre les vingt-cinq jours précédant Noël en alternant les points de vue des deux héroïnes. J’aime beaucoup l’écriture du point de vue des personnages, elle permet de vivre les émotions au cœur de l’action. Et de l’action, il y en a ! Aucun temps mort.
 
Ce n’est pas le premier texte de ces auteures que je lis et je me demande toujours : « Où vont-elles chercher tout ça ? » et « Comment vont-elles réussir cette fois à dénouer leur intrigue ? ». Et chaque fois, je suis bluffée par leur imagination et leur capacité à nous présenter des personnages forts et cohérents !
 
Vous voulez un conte de Noël qui sort des sentiers battus ? Où les bons sentiments sont plus que des clichés ? Alors, je vous conseille de vous plonger dans « Nos dernières traditions » de Cherylin A. Nash et Lou Jazz !
 
 
Button R47 C9

Chronique “Duel de velours T1”

Duel De Velours 1 Back8
Le destin d’Armande n’est pas banal. Rejetée par son père, le baron de Maufoncomb, à sa naissance, sous prétexte qu’elle est une fille, elle ignore ses origines pendant toute son enfance et son adolescence. Son père adoptif la prépare en grand secret car, un jour, elle devra revendiquer son héritage et affronter ses ennemis : son père, son demi-frère qui a pris sa place, et toute leur clique ! La quête de son héritage va jeter Armande sur les routes où elle devra faire preuve de toutes ses qualités pour rester en vie.
 
Avec ce récit, Patricia Nosepliers nous immerge dans un Moyen Âge haut en couleur : celui de l’empereur Henri V qui régna sur la Germanie et la Franconie au douzième siècle. L’auteur nous emmène au cœur des campagnes de l’époque, entre roturiers et petite noblesse, pour finir à la cour d’Henri V, entre intrigues et politique !
 
Au-delà du contexte historique, la rencontre avec Emerance, une jeune inconnue qui cache également bien des mystères, nous promet de délicieux affrontements entre ces jeunes femmes au caractère bien trempé ! Les impératifs de sa quête ayant conduit Armande à voyager déguisée en homme, cela ajoute du piquant à leurs échanges. Les relations entre Armande et Emerance nous baladent entre sourire, tristesse et espoir. Et l’histoire, avec ses multiples rebondissements, nous tient en haleine !
 
Tout cela est bien servi par des personnages secondaires peignant un tableau saisissant de certains métiers de l’époque : sage-femme, aubergiste, guérisseuse, maître d’armes... Sans oublier les méchants de l’histoire... mais je vous laisse les découvrir !
Pour habiller ce récit savoureux, l’auteur nous régale d’une prose fluide et imagée. On se représente fort bien tous les décors qu’elle nous propose, certaines descriptions recelant des notes pour le moins poétiques. Cependant, la description des décors ne prend jamais le pas sur l’action et l’on ne s’ennuie jamais. Les mots sont précis et bien documentés par rapport à l’époque.
 
 
Button R47 C9
 

Chronique “Au delà du devoir”

Baack2
Nous voilà plongées dans un monde désespérant, résultat du changement climatique, des dérives des politiques et de la passivité du peuple : la famine règne, les gouvernants sont incompétents, voire corrompus, la désinformation règne en maître et les tentatives de révolte sont réprimées dans le sang. Pire encore : une bonne partie de la population se retrouve prisonnière dans des camps où on lui a promis qu’elle trouverait une vie meilleure.
 
Un noyau dur de résistants, le Clan, se bat malgré tout contre ce gouvernement d’oppression, en Robin des Bois moderne, pour redistribuer des vivres à la population. Phoenix, la fille du fondateur, prend part aux actions tout en étant formée pour succéder à son père.
 
De son côté, Kansas est un jeune agent spécial du gouvernement. Elle a été entraînée pour détruire ses ennemis. Tout les oppose : leur allégeance, leur vision des problèmes de ce monde et le système de valeurs qui en découle. Jusqu’au jour où Kansas se voit imposer une mission : infiltrer le Clan et le détruire !
 
Le décor est planté pour cette « romance d’action ». Le danger est partout pour nos deux héroïnes. Au fil des actions et rebondissements divers, quelle relation va se tisser entre elles ? Deux femmes fortes et fragiles à la fois : en proie au doute, parfois, avec des passés douloureux et une vie toujours sur le fil du rasoir !
 
Au-delà du roman d’action, Judith Gagnon nous met au cœur d’un combat de valeurs. La confrontation de deux visions opposées du Bien et du Mal ! Chaque camp a ses raisons de combattre l’autre, qui détient la vérité ? Les notions de loyauté et de trahison sont également au centre des débats. Et au milieu de ce tourbillon de contraintes et de coups durs, surnagent quelques belles personnes, qui vont essayer de faire un monde meilleur. Y parviendront-elles ? Je vous laisse la surprise ! En tout cas, rien n’est facile dans ce monde. Et quand le sens du devoir prime sur toute votre vie, comment laisser la place à de potentiels sentiments ? Non, vraiment, rien n’est simple...
 
Le récit alterne bien les phases d’actions et de description, même si, à mon sens, la description de ce monde est un peu longue. Ensuite, tout s’enchaîne avec rigueur et précision, telle une horloge, pour nous emmener à la croisée des chemins. Quand nos héroïnes doivent faire des choix, pour elles, pour le monde qui les entoure, pour le monde dans lequel elles veulent vivre !
 
Vous aimez les romances mêlant action et psychologie ? Alors ce livre est fait pour vous : « Au-delà du devoir », par Judith Gagnon !
 
 
Button R47 C9

Chronique "Tout le monde aime, tout le monde meurt"

Tout Le Monde Cover Site
Haley est une jeune femme ordinaire, bien sous tous rapports : étudiante modèle en économie, un petit ami pas trop présent, des parents aimants. Tout va bien pour elle. Mais elle s’ennuie. Malgré son âge, elle ne sait pas s’amuser, elle s’inquiète pour tout. Elle rencontre par hasard Alex, tout son opposé : étudiante en art, fêtarde, consommatrice occasionnelle de produits illicites. Et une joie de vivre, une façon de profiter de la vie, tout à fait inédites et extraordinaires pour Haley !
 
La découverte de l’une et de l’autre se fait par à-coups, selon les rencontres, puis complètement naturellement. Comme une évidence ! Haley est happée par la personnalité de cette jeune femme, intrigante, apaisante et terriblement charismatique. Que cache-t-elle ? D’où vient sa philosophie ? Est-elle égoïste ? Toutes ces questions se posent à un moment ou un autre.
 
D’autres auraient fui, Haley trouve en elle une force et un courage qu’elle ne soupçonnait pas. Pour suivre Alex, toujours plus loin sur le chemin d’un amour puissant et fusionnel.
 
En filigrane de la romance, Lynn Eleven aborde des thèmes sombres comme la mort, la maladie, la réaction des proches, des amis et d’autres, traités plus légèrement, la découverte de l’homosexualité par exemple, sans heurt et sans drame, même si ça tangue un peu au moment du coming out. Tout cela sonne très juste.
 
La construction de la narration est assez originale, avec des citations en début et fin de chapitre pour l’illustrer. Je n’en dirai pas plus sur le sujet, c’est à découvrir. Il n’y a pas de temps mort : l’auteur nous délivre les évènements marquants de cette histoire sans délayer inutilement. Chaque chapitre a sa place et son utilité. Le titre, par contre, intrigue dans sa banalité. Ce qui paraît une évidence au premier abord prendra tout son sens avec le dénouement.
Un texte à découvrir pour une belle histoire qui ne vous laissera pas indifférents : « Tout le monde aime, tout le monde meurt » de Lynn Eleven.
 
 
Button R47 C9