Homoromance Éditions
×
 x 

Panier Vide
Shopping cart(Panier Vide)

Chronique "L'amour en noir"

Comment survivre ? C’est la question au cœur de L’amour en noir. Comment survivre lorsque grandir est une souffrance? Comment survivre lorsque tout ce qu’on connaît, ce sont les sévices, la haine et le viol? À quoi se raccrocher, lorsque les bourreaux de nos jours et de nos nuits, ce sont notre père et notre frère? À quelle lumière croire, lorsque celle-là même qui nous a engendrés ferme les yeux devant leurs actes, donne son accord silencieux aux désirs de leurs mains perverses ? Il ne reste qu’une seule force, qu’un seul espoir : l’Amour. Notre cœur inaltéré, notre cœur adolescent, y croit encore. Le droit d’aimer. Le droit d’être aimé. Le droit au bonheur.

Du moins, Jessy, dix-huit ans, délivrée depuis peu de l’emprise familiale, y croit de tout son cœur lorsqu’elle rencontre Sandra, superbe jeune femme de vingt-cinq ans. Celle-ci, après avoir sauvé Jessy d’une agression au coin d’une ruelle, la recueille chez elle. Il ne faut pas beaucoup de temps pour que le désir, et l’amour, naissent entre les deux femmes. Jessy se raccroche désespérément à Sandra, puise en elle toute sa volonté de vivre et d’être heureuse. Mais voilà, Sandra, elle aussi, cache un lourd passé. Elle peine à accepter ses propres sentiments et s’échine à repousser Jessy, qu’elle appelle obstinément « sa petite sœur ».

C’est une romance bien noire que nous propose Gaya Tameron. Portée par un style simple et sensible, en parfait accord avec la voix de la jeune narratrice, nous suivons avec beaucoup d’émotions le parcours souvent tragique de Jessy. Les conséquences de l’inceste sur ses victimes, l’impulsivité, la haine de soi, les pensées suicidaires sont rendues avec une rare acuité par l’auteure. Malheureusement, L’amour en noir sombre parfois dans certains clichés propres à la romance. Les motivations des personnages sont parfois floues, et l’intrigue se fait mièvre par moment et manque de nuances. C’est soit tout blanc ou tout noir. Tout noir, le plus souvent.

L’amour en noir, tragique à souhait, ne sera pas sans vous arracher quelques larmes.

 

 

Commentaires (0)

Rated 0 out of 5 based on 0 voters
There are no comments posted here yet