fbpx
Homoromance Éditions
×
 x 

Panier Vide
Shopping cart(Panier Vide)

S'autopublier ou choisir un éditeur ?

Autoeditions Ou Maison 

On évoquait ce débat sur notre groupe facebook "Ecrivains d'Homoromance". J'ai donc finalisé la chronique que j'avais débuté sur "l'édition versus autoédition" en la peaufinant un peu. Dans cette chronique, je vous partage humblement mon expérience en autoédition et en Maison LGBT. Chaque point pourrait faire l'oeuvre de chapitres entiers et ce n'est pas pour rien que des gens ont publié des guides de l'autoédition tant le sujet est vaste mais aussi riche d'expériences variées selon les genres et les niches de lecteurs que vous visez. Donc n'hésitez pas à creuser dans ces oeuvres plus détaillées si le sujet vous intéresse.

Avant de développer le sujet principal de la chronique, je souhaite répondre à une question :

1 - Pourquoi j'aime l'autoédition ?

Je ne pensais pas écrire ce genre d'article il y a quelques années. La raison en est simple : j'étais convaincue que l'autoédition était la seule façon acceptable - me concernant - de publier sans contrainte et sans avoir dans les pattes ces éditeurs ch*** à souhait qui nous demandaient de changer l'essence même de nos écrits (lieux, noms des personnages trop américain, etc..) - oui, j'avais fait de mauvaises rencontres - tout cela pour prétendre à un pauvre 4% de redevances par an. (C'était il y a 15 ans, je précise)
En bref, j'étais refroidie par mes quelques contacts auprès des éditeurs, ce qui m'a irrémédiablement poussé vers la seule option satisfaisante : l'autoédition. C'est en découvrant cette façon de publier que j'ai pris goût à toutes ces petites choses à réaliser dans le processus de création du livre. Encore aujourd'hui, j'aime l'idée de m'occuper des étapes de publication,  parce que j'ai la chance d'avoir un temps quasi-illimité devant moi... (Je peux passer 6 à 8 heures sur photoshop à peaufiner ma couverture sans contrainte). D'autre part, si je confie la correction à plusieurs personnes compétentes (l'orthographe n'étant vraiment pas ma force), j'aime gérer les autres aspects éditoriaux, que ce soit :

  • les recherches iconographiques,
  • la réalisation des designs de présentation,
  • la fabrication des maquettes,
  • la promotion sur les réseaux, etc...
  • le marketing qui représente de 80 à 90% du temps qu'un auteur doit consacrer à la vente en autoédition. (en sachant que 10 à 20% sont consacrés à l'écriture de l'oeuvre)

Et surtout, surtout, j'aime et prends le temps d'apprendre, même après 15 ans d'écriture. Pas seulement sur l'orthographe, la grammaire, les process de rédaction, mais sur les nouvelles technologies, les réseaux sociaux, les nouvelles stratégie marketing, etc, etc, etc.. Je me régale de lecture de blogs qui enseignent la vente (pas seulement des livres), car la vente est aussi un art qui implique une compréhension du produit et davantage : de la psychologie des consommateurs.

Libro Computadora Portatil Lapiz Reloj Mesa

2 - Voilà pourquoi je ne conseille pas l'autoédition

Si et seulement si vous n'êtes pas prêt à travailler tous les points cités ci-dessus. Avant d'aller plus loin, voici une liste d'avantages et d'inconvénients pour l'autoédition et l'édition en maison. Cette liste reflète mon expérience dans les deux domaines, des points peuvent être ajoutés ou soustraits selon les procédures des éditeurs, et vous retrouverez globalement les mêmes points dans des articles comparatifs de la littérature dite "traditionnelle".

Autoédition - avantages :
- Total liberté sur le choix de la couverture
- Total liberté sur la date de publication
- Les redevances sont versées chaque mois par les plateformes d'autoédition que vous paramétrez.

Autoédition - inconvénients :
- Temps d'apprentissage des méthodes d'autoédition sur toutes les plateformes avec leurs contraintes respectives
- Mauvaise image en librairie
- Coût des correcteurs
- Coût de la couverture
- Frais de fabrication, de promotion, de réalisation des maquettes
- Se faire une place au milieu des oeuvres publiées chaque semaine
- Toute la promotion à effectuer soi-même

Maison d'édition - avantages :
- Services professionnels multiples
- Image de marque de l'éditeur (si connu et reconnu)
- Vaste réseau de ventes (si bien implanté en numérique et papier)
- Possibilité de rejoindre des salons
- Réseaux déjà existants
- Niches de lecteurs assurés
- Rencontres avec d'autres auteurs
- Proximité lecteurs importante dès la sortie
- Aides et conseils au processus éditorial
- Soutien marketing
- Rien à payer (pour les comptes d'éditeur, donc bannir les maisons à compte d'auteur)
- Plans marketing étendus dans le temps pour une meilleure visibilité
- Avantages divers (cadeaux, remboursement des frais de déplacement salons, etc..)

Maison d'édition - inconvénients :
- Respects des délais
- Moins en redevances de droits d'auteurs (argument discutable et je vais expliquer pourquoi plus bas)
- Redevances versées une fois par an (parfois 2 fois dans certaines ME)
- Contrats stricts,
- Couverture d'illustration imposée, parfois non négociable

Bloc Notas Marketing Digital

Qu'est-ce qui rapporte le plus ? L'autoédition ou la publication en maison d'édition ?

C'est LA grande question qui motive les auteurs qui voient en l'écriture un moyen d'arrondir leurs fins de mois, ou carrément de vivre. Attention, ne vous leurrez pas, moins de 0.01% des auteurs vivent de leurs romans..  pour ne pas dire "survivent" dans certains cas...

Si vous choisissez l'autoédition, et que vous êtes prêt à apprendre comment vous autoéditer, ce qui rapporte le plus va dépendre d'un facteur essentiel à votre réussite : qui de vous ou de l'éditeur saura le mieux vous vendre. Car votre succès financier en littérature va dépendre de cette capacité.

Si vous ne savez pas vous vendre, laissez tomber l'autoédition.

Si vous savez vous vendre et que vous vous dites qu'il va suffire de partager votre lien sur les réseaux sociaux pour que les gens achètent votre livre, vous faites fausse route, car vous n'avez aucune idée de ce qu'est le marketing.
Cette erreur, je l'ai faite et je vois beaucoup d'auteurs continuer de la faire, entrer dans un groupe avec toutes les bonnes intentions du monde et partager leurs liens Amazon, le prix du livre puis continuer de butiner de groupe en groupe ou de profils en profils pour demander à des inconnus de lire leur bouquin.

Que pensez-vous de ces méthodes sauvages ? Appréciez-vous quand des compagnies de télémarketing vous harcèlent d'appels pour vous vendre des crèmes, des pneus de voiture ou que-sais-je, dont vous n'avez pas besoin. Ces personnes viennent vous déranger dans votre bulle, s'immiscent dans votre espace, comme le font les vendeuses de cours de sport ou de recettes miracles pour maigrir. Oui, oui, si vous trainez sur facebook, vous savez de quoi je parle.

Retenez une chose : Les gens ne sont pas sur les réseaux sociaux pour faire du shopping, mais pour se détendre. Une fois que vous aurez intégré cette donnée en tant qu'autoédité, vous aurez fait un millième du chemin vers la réussite de la vente de votre livre...  Pour la suite je vous suggère de visiter Youtube, vous trouverez des centaines de blogueurs qui vous donnent leurs recettes de vente.. Et toutes ne fonctionnent pas, ce serait bien trop facile.

Si vous savez réellement vous vendre et que vous connaissez les rouages, astuces du marketing en perpétuelle évolution (que ce soit sur le net ou sur les réseaux physiques), si vous avez bien conscience des efforts à fournir pour vendre votre livre et en tirer le maximum de bénéfices, alors foncez !

Après cette brève digression, je peux vous dire qu'il n'y a pas de réponse précise à savoir si l'édition en maison rapporte plus que l'autoédition. Tout dépendra si vous êtes un bon vendeur, ou si votre éditeur sait vendre lui aussi.

  • Vous pouvez être édité et vendre...
  • Vous pouvez être édité et ne pas vendre...
  • Vous pouvez être autoédité et vendre...
  • Vous pouvez être autoédité et ne pas vendre...

Notez que vous devez choisir avec grand soin votre éditeur et vous renseigner sur son travail.

Vos résultats des ventes vont aussi dépendre de la qualité de votre couverture, du nombre de commentaires positifs laissés sur l'oeuvre, du titre choisi, du travail de visibilité effectué, des promotions, etc...

Néanmoins, d'un point de vue probabilités, vous aurez plus de chances de vendre en quantité chez un bon éditeur que si vous tentez l'autoédition pour la première fois.

Hombres Dandose

Parlons chiffres pour mieux comprendre...

  • Vous pourriez vendre en autoédition, en une année, une centaine d'exemplaires qui vous rapporteront en moyenne 500 à 700€ sur une base moyenne de 70% de redevances pour une oeuvre vendue à 9.90€
  • Vous pourriez vendre en ME, en une année, un millier d'exemplaires qui vous rapporteront jusqu'à 3000€ sur une base moyenne de 30% de redevances pour une oeuvre vendue au même prix, soit 9.90€

Voyez-vous le point de réflexion ? 

3 - Vous hésitez à vous autopublier ? Voici les questions essentielles à vous poser :

Dans l'autoédition, et davantage si vous débutez, vous n'avez ni compétence, ni niche de lecteurs, mais bel et bien votre énorme motivation qui vous permettra de vous surpasser... C'est déjà super... mais au-delà de la motivation, quel sera le prix réel à payer ? Essayez d'y réfléchir un instant et prenez des notes pour répondre à ces questions :

  • La première : Avez-vous conscience que cette aventure pourrait vous couter plus cher qu'elle ne vous rapporte ? Si oui...
  • Êtes-vous prêt.e à investir auprès de correcteurs professionnels pour corriger votre bébé ?
  • Êtes-vous disposé à payer un illustrateur pour réaliser votre couverture ?
  • Avez-vous le temps de faire des recherches pour comprendre et appliquer les méthodes d'autoédition ?
  • Accepterez-vous de suivre des formations en marketing pour apprendre comment vendre votre livre ?
  • Combien de temps pourrez-vous consacrer chaque semaine ou mois à toutes les tâches citées ci-dessus ?

Ces questions vous donnent déjà une idée de toutes les phases éditoriales à respecter si vous vous lancez dans l'aventure fabuleuse de l'autoédition, mais ô combien chronophage et dispendieuse pour les non-initiés.

Reunion Lluvia Ideas Trabajo

4 - Alors... Pourquoi choisir un éditeur ?

D'une part, pour vous éviter toutes les tâches énumérées ci-dessus, d'autres part, pour vous éviter des frais que vous ne pourrez peut-être pas amortir si vous êtes un mauvais vendeur.

Surtout, si votre passion est l'écriture, mieux vaut déléguer toute la partie éditoriale, gestion, administrative et continuer à écrire, vous ne pensez pas ?

Votre éditeur va devenir votre vitrine et son catalogue rayonnera sur votre oeuvre, c'est cela l'image de marque. Imaginez la joie de pouvoir signer dans la même maison que J.K. Rowling ou Stephen King ! Eh bien une maison d'édition a des auteur.e.s phares dans son catalogue et avoir son nom auprès de ces auteurs, est un point hautement positif, un début pour vous faire connaître, surtout si vous souhaitez écrire et faire publier d'autres oeuvres. Puis les noms d'auteurs connus et reconnus est gage de confiance et de sérieux !

Attention, une chose qui ne se dit pas, mais qui est une réalité à prendre du bon côté : L'éditeur a pour objectif de gagner de l'argent avec votre livre ! Et si l'éditeur en gagne, vous en gagnerez vous aussi !

L'éditeur est un commerçant avant tout et ce sera à vous de juger quels sont les limites de son talent et de ses passions. Est-il en expansion ? Recrute-t-il ? Lance-t-il des appels à textes ? Qui sont ses auteurs ? Que met-il en place pour être visible ? A-t-il bonne réputation ? Qu'en disent les lecteurs ?
Stendhal disait : "La vocation c'est avoir pour métier sa passion". Donc choisissez bien votre éditeur, assurez-vous qu'il soit passionné même s'il a une boutique à faire tourner. Suivez votre instinct, jugez si l'édition est pour lui un travail ou une vocation ! Renseignez-vous auprès de ses auteurs, vérifiez sa réputation et assurez-vous que son éthique et ses valeurs rejoignent les vôtres.

Enfin, quand vous signez un contrat n'oubliez pas ceci : votre livre, votre imaginaire, votre talent, devient un produit, un produit sur lequel l'éditeur veut investir sur du long terme puisqu'il sera heureux de recevoir en soumission vos prochains manuscrits. Soyez-en flatté et fier.e d'une part, et soyez-en rassuré d'autre part, parce que l'éditeur est votre allié, votre guide pour vendre votre livre en continue. Retenez aussi que l'éditeur a déjà une niche de lecteurs, c'est à dire de clients, à qui il souhaite proposer votre oeuvre dès sa sortie.
Et une fois encore, choisir un éditeur c'est éviter de vous poser toutes les questions énumérées dans le point 1.

Avoir un bon éditeur, c'est pouvoir se concentrer exclusivement sur ses écrits et être assuré du succès de son oeuvre si celle-ci est retenue par le comité de lecture.

Grafica Crecimiento Financiero

5 : Attention à l'augmentation de l'offre LGBT.

Je regrette d'écrire cette chronique un peu tardivement, davantage après avoir vu des auteurs LGBT tenter l'autoédition sans savoir où ils mettaient les pieds et être si déçus par les résultats des ventes, le manque de commentaires, que certains ont arrêté d'écrire.
Ca m'a pris environ 8 ans pour commencer à être visible en tant qu'auteure de romans lesbiens... Et à l'époque il n'y avait pas de concurrence sur le marché LGBT... Certaines maisons d'éditions publiaient un à deux livres par an et n'envisageaient même pas de publier en numérique. Une aubaine qui m'a permis de démarrer : peu d'offre, peu d'accessibilité. Avec nos "1 livres par mois", les lecteurs nous ont vite remarqué (et ce, malgré les imperfections de nos livres).

Ces conditions exceptionnelles réunies hier, ne le sont plus aujourd'hui au milieu de la masse d'excellents livres lesbiens ou gays publiés chaque mois...

La vérité c'est que l'édition LGBT a pris un tournant à double tranchant avec la multiplication des plateformes de ventes (professionnelles ou amateures), un tournant certes positif pour la visibilité et la reconnaissance de la littérature Queer, mais un tournant négatif pour les auteurs indépendants qui peinent à se démarquer malgré leur talent. De fait, l'autoédition pénalise aujourd'hui l'auteure qui s'essaye à l'autoédition sans expérience et bâclant souvent son travail (de correction et de couverture) pour publier avec impatience son nouveau bébé.

En tant qu'autoéditée versus éditeure, je peux affirmer que :

  1. avoir un nom dans l'édition ne suffit plus pour vendre,
  2. une couverture soignée joue pour 80% sur le choix d'un lecteur face au nombre croissant des publications FF ou MM,
  3. investir (en temps et argent) dans des stratégies de publicité est indispensable pour gagner en visibilité,
  4. suivre des formations commerciales est indispensable, même si on sort d'une école de commerce,
  5.  avoir un réseau solide est nécessaire pour atteindre ses objectifs de ventes,
  6. investir en temps, en connaissances, en marketing, enpublicité est une démarche indispensable qu'un auteur se doit d'assumer s'il est veut rester en autoédition.
  7. les lecteurs deviennent de plus en plus exigeants en terme qualitatif, en raison de la quantité d'oeuvres disponibles sur le marché

Tiro Medio Mujer Laptop Escribiendo 23 2148294132

A l'heure où l'autoédition séduit de plus en plus d'auteurs, j'ai pris conscience que je ne pouvais plus publier mes propres romans de mon côté sans m'appuyer sur ma maison et le réseau tissé ces trois dernières années. Le truc génial avec une maison qui réseaute avec des auteurs actifs, c'est que chacun apporte son réseau de lecteurs. En clair, l'union fait la force. C'est cet ensemble de réseaux qui permet de créer une belle communauté auteurs/lecteurs, non plus de vendre une dizaine d'ouvrages, mais bel et une bien des centaines voire des milliers, car ce qui prime est la visibilité donnée aux œuvres.

  • Sans visibilité, nous ne sommes pas lus.
  • Sans visibilité, nous ne recevons pas de commentaires. Et surtout...
  • Sans visibilité, nous atteignons difficilement les cent ventes par année.

Je l'ai vu, observé dans nos statistiques annuelles, être présent sur les réseaux sociaux a un impact hallucinant sur les ventes. D'ailleurs, je le répète assez : les auteurs qui vendent le moins sont les absents et les invisibles... Alors imaginez les autoédités absents...

Il n'y a plus seulement 3 ou 4 auteurs de romances LGBT qui se publient chaque années comme c'était encore le cas il y a 5 ou 6 ans. On compte désormais 3 à 6 auteurs qui publient chaque semaine une nouveauté (tous les LGBT confondus).
Et sans une promotion adaptée, autant vous dire que votre sortie tombera vite dans les oubliettes si vous ne vous ralliez pas à un réseau déjà construit, structuré, où les lecteurs, auteurs, se côtoient, se fréquentent, s'échangent leurs avis de lectures et se conseillent.

Enfin, si l'écriture est un art, publier de façon professionnelle est un ensemble de savoir-faire artistiques et je suis heureuse d'être entourée de plusieurs personnes compétentes qui m'enseignent chaque jour ces petites choses qui font qu'un livre sera une œuvre incontournable et se démarquera dans les rayons physiques ou virtuels des librairies.

Vous êtes auteurs autoédité ou en maison ? Que préférez vous ? Pourquoi ? Faites-nous part de vos expériences en commentaires !


Kyrianmalone Avatar

Auteure : Kyrian Malone
Biographie : Auteure de romans lesbiens et gays, Fondatrice d'Homoromance Editions, Kyrian Malone oeuvre dans la visibilité de la littérature LGBT+ depuis plus de dix ans.

 

 

Commentaires (2)

Rated 5 out of 5 based on 1 voters
This comment was minimized by the moderator on the site

Cet article est passionnant et très instructif! Merci.

This comment was minimized by the moderator on the site

Excellent article.

  1. 5 / 5
.

Abonnez-vous à notre infolettre